NEWS

Exhibition “Moi, l’Autre", photographs by Ana Bloom and Eléonore Pironneau
3-25 February 2022
Espace des Femmes, 35 rue Jacob, Paris 6e
PREVIEW: 3rd February, 7pm

Exposition “Moi, l’Autre", photographies d’Ana Bloom et Eléonore Pironneau
Du 3 au 25 février 2022
Espace des Femmes, 35 rue Jacob, Paris 6e
VERNISSAGE: 3 février à 19h

Sauvegarder…la présence de l’autre quand bien même les visages se dérobent. Sauvegarder…la présence du sujet quand bien même la photographie le réifie.

Ana Bloom et Eléonore Pironneau élaborent un travail formel singulier à travers lequel elles interrogent respectivement les capacités de la photographie à restituer des présences retenues dans leur fragilité à la surface de l’image en autant de visages en attente d’un regard.

Eléonore Pironneau montrera son travail récent, “Louise_Peluches”, dans lequel elle interroge la notion d’objet et sujet dans la Photographie comme dans la relation en général. Un buste d’enfant en marbre est au centre de cette série. Louise_Peluches est objectivée par les mises en scène de la prise de vue – elle est embellie, assignée à des rôles, posée là, attifée. Le choix de l’artiste de faire le portrait d’une sculpture expose la mécanique de l’objectification, génère une ambiguïté poétique et une réflexion sur la relation avec l’Autre.

BRAFA 2022, Brussels
Galerie Schifferli
19-26 June 2022

BRAFA 2022, Bruxelles
Galerie Schifferli
Du 19 au 26 Juin 2022

To have a body, to be alive, to be mortal, to interact, create forms, give birth, leave traces… Eleonore Pironneau’s visual work is an attempt to articulate fleeting intuitions revealed by a long exploration of these questions. Images seem to imprint her psyche surreptitiously – one thinks of the development process in the photography lab, the dark room. In these strata of consciousness, light is dim, colour less important, forms are often undefined. We are not talking of well wrapped ready to serve conclusions, but rather an oscillation between two temptations: finding meaning and admitting the absurd. The subject of the work is often paradox itself, light -and- shadow, at the same time.

Eléonore Pironneau’s paintings suggest life’s desire to emerge, undefined at first before the development phases which follow. In her images, life seems to puff up forms as one blows up a balloon, animating these form-bodies for a while.

In her photographic work, objects become sensitive, as if conscious, personnified. She uses metaphor and changes of point of view: embraced or imprisoned? (series Enlacés), subject or object? (Louise_Peluches), the beauty of the painted surface of latex or the tragedy of the ephemeral nature of things? (The rub of time).

Aiming to widen her range of expression, Pironneau decided to research visual semiotics and the similarities between artistic languages. In 2013, the project Change of Signature is an opportunity to explore, in collaboration with 10 musicians, the structural and poetic relationships between musical composition and visual composition. Recently, she uses verbal narrative and visual suggestion as one medium. Avoiding illustrating images with text or vice-versa, the outcome – would it be an installation, texts on photographs, or a book – is the result of a composite language made of the interactions between visuals and the resonance of the words.

Avoir un corps, être vivant, être mortel, interagir, créer des formes, faire naître, laisser des traces… Le travail plastique d’Eléonore Pironneau est une tentative d’articulation des intuitions fugaces révélées par une longue exploration de ces questions. Des images semblent subrepticement imprimer la psyché – on pense au processus de la révélation dans le labo photo, à cette chambre noire. Dans ces zones de la conscience, la lumière est tamisée, la couleur moins prégnante, les formes encore parfois peu formées. Il ne s’agit pas d’une pensée bien ficelée prête à être servie, mais plutôt d’une oscillation entre deux tentations : trouver le sens et admettre l’absurde. Le sujet du travail est souvent le paradoxe lui-même, l’ombre –et– la lumière, en même temps

Les peintures d’Eléonore Pironneau suggèrent cet élan vital indéterminé et les phases de développement qui suivent. La vie y boursoufle la forme comme on remplit d’air un ballon, elle anime pour un temps des formes-corps.

Dans son travail photographique, les objets deviennent sensibles, presque conscients, personnifiés. Elle joue avec la métaphore et le changement de point de vue : enlacement ou enfermement ? (série Enlacés), sujet ou objet ? (Louise_Peluches), beauté d’une surface de latex peinte ou tragédie de l’éphémère ? (The rub of time).

Afin d’élargir sa palette d’expression, Pironneau fait des recherches sur la sémiotique visuelle et les correspondances entre langages artistiques. Le projet Change of Signature en 2013 est l’occasion d’explorer, en collaboration avec 10 musiciens, le rapport structurel et poétique entre la composition musicale et la composition visuelle. Plus récemment, elle utilise la narration verbale et la suggestion visuelle comme un seul medium. Évitant l’illustration de l’image par le texte ou inversement, le travail final – exposition scénographiée, photo-texte, ou livre – est alors le résultat d’un langage composite constitué des interactions entre le visuel et la résonance des mots.

Dans la boîte from the series Enlacés
Giclée print on Hahnemühle Museum paper 350g
55 x 65cm – Edition of 7
© Eléonore Pironneau 2021